Pédicurie médicale

La consultation en pédicurie est destinée à soulager toutes les affections de la peau ou de l’ongle.
C’est un ensemble de soins médicaux préventifs et/ou curatifs adaptés aux différentes affections du pied, localisées au niveau des ongles, des orteils et de la plante du pied.
Les soins de pédicurie sont réalisés au cabinet avec un matériel stérilisé dans les conditions d’hygiène stricte :
Toutes les lames que nous utilisons sont à usage unique, jetées à la fin du soin dans un container dédié à cet usage.
Les instruments trempent 15 minutes dans un bain de décontamination après chaque soin, puis sont brossés, lavés, et ensuite stérilisés a l’autoclave.

Pathologie traitées :

L’ongle incarné :

L’ongle incarné est la conséquence d’une compression entre le bord latéral de l’ongle et le bourrelet cutané. Cette compression entraîne la pénétration et l’effraction du rebord unguéal dans les parties molles. Il se produit alors une réaction inflammatoire. On le retrouve le plus souvent au niveau du gros orteil.

Les cors (ou kératomes) et durillons :

Ils sont la conséquence d’une pression très localisée sur une surface osseuse limitée. Dans un premier temps il se forme alors une dureté à cet endroit puis par la suite une petite masse caractéristique appelée noyau. La douleur provoquée est due à la pression de ce noyau sur les terminaisons nerveuses.
Si on ne procède pas à l’ablation de ce cor rapidement, celui-ci peut s’infecter et entraîner des complications.

L’hyperkératose :

L’hyperkératose est un épaississement de la couche cornée de la peau. Elle se présente sous l’aspect d’une lame de peau plus ou moins consistante selon l’ancienneté et dont la partie centrale est plus épaisse.

Le papillome traumatique :

Trouble de la peau dû à une hypertrophie de ses papilles. On le rencontre lorsque le derme a été mis à nu (irritation de la peau) ou lors de la pénétration d’un corps étranger sous la peau (cheveu, poil …).

Les verrues :

Ce sont des petites tumeurs bénignes de la peau dans laquelle on trouve une hypertrophie des papilles. Elles sont logées dans une cavité creusée dans l’épaisseur de l’épiderme en particuliers pour les verrues plantaires. Elles sont pour la plupart d’entre elles d’origine virale.

L’hyperhidrose :

Il s’agit d’un excès de transpiration en général. On parlera d’éphidrose lorsque celle-ci se localise au niveau des pieds. Elle peut entraîner de nombreuses complications telles que la macération, à la prolifération de colonies microbiennes, les mycoses, l’apparition d’ongle incarné.

Les phlyctènes (ou ampoules) :

Les phlyctènes sont des ampoules transparentes consécutives à un soulèvement de l’épiderme (couche la plus superficielle de la peau), avec présence d’un liquide séreux.

Les brûlures de marche :

Les brûlures de marche sont des lésions tissulaires d’origine thermique provoquées par une friction. Elles sont classées en trois degrés différents :
– 1er degré : la couche cornée est touchée. On observe une discrète inflammation (rougeur) et un érythème dû à la vasodilatation locale.
– 2ème degré :
o Superficiel : Destruction de l’épiderme et formation de phlyctène.
o Profond : Destruction de l’épiderme et apparition d’un liquide hémato-séreux (présence de sang dans la sérosité).

Les crevasses :

Les crevasses ou fissures sont dues à une fissure du revêtement cutané. Elles sont soit superficielles et ne touchent que l’épiderme, soit profondes et peuvent dans ce cas atteindre le derme. Selon la profondeur de la lésion on peut observer un saignement et une douleur proportionnelle au poids qui s’y exerce.

Les engelures :

Elles se définissent par une inflammation déclenchée par le froid et plus particulièrement par le froid humide. C’est une gelure du premier degré (n’atteignant que la couche superficielle de la peau) pouvant parfois atteindre le second degré (touchant également le derme) lorsqu’elle se complique de phlyctènes (ampoules) et/ou de crevasses. Les engelures touchent plus particulièrement les enfants, les adolescents et les femmes.

Les mycoses :

Pour une mycose unguéale, le podologue procède a une diminution de l’épaisseur de l’ongle et peut demander un prélèvement de la partie lésée de l’ongle aux fins d’analyse mycologique avant de prescrire un traitement antimycosique.