Pathologie du sport

Les pathologies les plus fréquentes en podologie sportive :
Tendinopathie du Tibial postérieur :
La tendinopathie du tibial postérieur est la pathologie sportive la plus fréquente avec celle du tendon d’Achille.
Le muscle tibial postérieur passe derrière la cheville interne et a pour rôle de lutter contre la poussée en dedans du pied comme sur les pieds plats et valgisants ; c’est aussi le stabilisateur principal du pied.
C’est pourquoi lors d’entorses ou de pathologies valgisantes des pieds, il se retrouve hyper sollicité et donc en souffrance.
Sports incriminés : course de fond, saut en hauteur, due à la fréquence et la durée des propulsions sur l’avant pied.
Il faut faire attention au chaussage.

Le traitement en podologie sportive par semelles thermoformées consiste à remettre le pied dans son axe pour le stabiliser, comme le faisait le muscle, pour lui permettre de cicatriser.
Tendinopathie et/ou Rupture d’Achille :
La tendinite d’Achille est la pathologie sportive la plus fréquente en micro traumatologie sportive chez l’adulte.
Pour traiter une des structures douloureuses comme ce tendon, il faut traiter l’ensemble du système auquel il appartient.
Il faut pour cela détendre le système dans ses excès de tractions par le port de talons ou de talonnettes dans des semelles orthopédiques dans un premier temps.
Se met alors en place un suivi en podologie du sport.
Au-delà des tendinites il peut y avoir des ruptures possibles partielles ou totales. Le traitement est alors chirurgical.

Syndrome de la bandelette de Maissiat :
Dit syndrome de « l’essuie glace », il s’agit d’une tendinopathie de friction de la bandelette de Maissiat ou illio tibiale.
Cette friction intervient dans le geste répétitif de flexion /extension du genou qui engendre un frottement de la bandelette illio tibiale sur la tubérosité externe du genou.
La douleur est localisée sur la face externe du genou.
Sports incriminés : course à pieds et cyclisme.
Le traitement du syndrome de la bandelette de Maissiat consiste à contrer la varisation du membre inférieur par le port de semelles orthopédiques thermoformées.
Les périostites tibiales :
La périostite tibiale est un syndrome douloureux par des micros traumatismes répétés sous forme d’ondes de chocs du sportif qui siège au 2/3 de la face interne du tibia .
Pathologie particulièrement fréquente dans les sports d’appuis.
Sports incriminés : course à pied, basket, volley ball.
Les périostites tibiales sont à traiter en podologie sportive par la confection et le port de semelles orthopédiques thermoformées sur mesures.
Le « tennis leg » :
Le tennis leg est une désinsertion musculaire brutale, partielle ou totale notamment dans les sports d’appuis.
Le tennis leg se met en place dans le cas du coureur sur la zone de départ par son asynchronisme entre le pied, la hanche et le genou : la rupture est immédiate. Bon nombre de sports d’appuis reproduisent ce mouvement.
Les semelles orthopédiques en podologie sportive permettent de redonner un appui précoce et donc diminuent le temps de cicatrisation.
Les pubalgies :
La pubalgie est une tendinite d’un des nombreux muscles de la cuisse qui viennent s’insérer au niveau de l’aile ilio-pubienne, cette inflammation est due à une hyper sollicitation traumatique du tendon incriminé.
Sports à risques : football où ce sont les adducteurs qui sont touchés et l’escrime où ce sont les abducteurs.
Les séances d’échauffements sont indispensables pour prévenir ces traumatismes. Le traitement de la pubalgie est essentiellement par : anti inflammatoires, repos sportif, renforcement de la sangle abdominale et rééquilibrage de la balance musculaire en diminuant la course externe des tendons incriminés ceci par le port de semelles orthopédiques.
Les tendinopathies des stabilisateurs latéraux
Le patient ressent une douleur de la face externe de la cheville, rétro et sous-malléolaire, lors de la pratique sportive.
Traitements possibles :
Repos sportif
Mésothérapie
Orthèses plantaires adaptées à la pratique sportive
Rééducation avec physiothérapie anti-inflammatoire de type ultra-sons ou autre
Les entorses de cheville & complications:
L’entorse de la cheville est certainement la pathologie ligamentaire du sportif la plus fréquente.
C’est l’entorse du ligament latéral externe (LLE) qui représente plus de 95% des entorses de cheville.
Dans les traitements médicaux récents, les contentions souples sont préférées aux plâtres à condition que les bandes soient renouvelées de façon quasi quotidienne. En milieu sportif, l’orthèse plantaire (semelle orthopédique) visera à éviter les récidives face à toute instabilité chronique de la cheville.
Les talalgies plantaires :
La talalgie est aussi un motif fréquent de consultation.
Chez le jeune sportif, c’est fréquemment la « talonnade » qui est un écrasement des parties molles ou plus souvent une tendinopathie des muscles intrinsèques « tenseurs de la voute » (Adducteurs du gros orteil ou Court Fléchisseur Plantaire) et de l’Aponévrose plantaire qui motivent la consultation.
Repos, orthèses plantaires (semelles orthopédiques) sont la meilleure réponse avec la mésothérapie .
Chez le sportif plus âgé qui consulte pour une talalgie, la radiographie mettra parfois en évidence la très banale « épine calcanéenne ». Il s’agit toujours d’une tendinopathie d’insertion.
Là encore le même traitement que précédemment sera proposé.
Les métatarsalgies du premier rayon :
Les douleurs de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil peuvent être purement statiques, ou en rapport avec une sésamoïdite, une fracture des sésamoïdes, un hallux rigidus.
Le sportif décrit des douleurs de type mécanique à l’effort au niveau de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil.
Une scintigraphie osseuse peut être pratiquée à la recherche d’une fracture de fatigue des sésamoïdes.